Mes cheveux en automne…

L’automne s’installe à peine et vous avez peut-être constaté une chute de cheveux plus abondante que d’habitude. Rassurez-vous : il s’agit d’un phénomène naturel qui ne devrait pas excéder quatre à six semaines mais qui a de quoi atteindre le moral malgré tout. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce processus n’est pas spécifiquement dû au changement de saison… Il n’est donc point question ici de fatalité. C’est déjà ça… L’autre bonne nouvelle est qu’il existe des solutions antichute pour autant qu’on en ait bien identifié l’origine. Petit tour d’horizon des conseils et soins glanés sur le site du Centre Clauderer pour garantir à nos cheveux leur pleine forme en toute saison…

En route pour l’hiver…

Le changement de saison, un concept à bien prendre en compte pour l’équilibre de notre corps et de notre psyché. En effet, si le printemps est synonyme de régénération physique,  l’automne implique une remise en question d’ordre psycho-énergétique : c’est la saison où la lumière diminue, chambardant ainsi notre équilibre hormonal par diminution de la mélatonine. On se prépare à la période de ‘rétraction’, de repli sur soi qu’est l’hiver… On ne le répétera jamais assez mais question beauté, c’est d’abord à l’intérieur que cela se passe. Alors, pour préserver son capital, il va falloir bien se préparer afin de vivre au mieux cette transition saisonnière parfois difficile. Cures adaptées, pratique régulière d’un sport, ballades en plein air, plein de vitamines et de sels minéraux, consommation de fruits de saison ou encore luminothérapie sont autant de solutions à explorer…

Qu’est-ce que la chute d’automne ?

En fait, on devrait plutôt parler de chute réactionnelle.  Car la perte de cheveux que certaines d’entre nous subissent au passage en automne serait due à des chamboulements survenus trois mois plus tôt (tiens, tiens, mon déménagement !).  Et avec le cycle de vie des follicules pileux, on n’en voit les conséquences qu’à l’automne. Mais ce n’est pas tout : cette perte abondante résulte également du réchauffement en été. A cette période – tout comme au printemps – les rayons solaires accélèrent en effet la pousse des cheveux. Conséquence : les cheveux arrivés en fin de vie à la rentrée sont plus nombreux à tomber. Ajoutons à cela, une sécheresse capillaire occasionnée par le sel marin ou le chlore et le tour est joué !

Comment reconnaître une chute d’automne ?

De part son caractère soudain et éphémère. Elle se caractérise par une chute diffuse et subite qui touche l’ensemble de la chevelure. On sait également qu’elle touche davantage les femmes que les hommes même si aucune étude n’a encore pu démontrer les causes de cette différence.

Comment la soigner ?

J’insiste sur ce point : avant de prendre n’importe quoi, il convient de bien identifier la cause de la chute !!! Si vous êtes une habituée des chutes saisonnières, des fortifiants tels les sérums concentrés régénérateurs ou des compléments alimentaires devraient suffire pour agir à la fois sur la chute et la repousse du cheveu. Pour nos cheveux naturellement secs, on privilégiera les principes actifs à base d’acides aminés visant à renforcer la structure de la kératine. Attention toutefois à bien analyser les composants de ces produits, certains d’entre eux pouvant s’avérer contre-indicatifs pour les cheveux crépus !!! Gardez à l’esprit qu’il n’existe pas de produit « miracle ».

On rappelle également que les compléments alimentaires ne remplaceront pas une alimentation équilibrée et variée. A ce propos, j’ai repéré sur le site « Les secrets de Loly », le complément alimentaire 4C destiné tout spécialement aux cheveux crépus,  frisés ou bouclés (19,90 € la cure d’1 mois, 60 gélules). Ne l’ayant pas testé personnellement, je serais curieuse de savoir ce que vous en pensez. Avis bienvenus sur le blog et/ ou sur la page Facebook !

Quand la chute de cheveux se fait trop importante…

Un seul mot d’ordre: consulter pour en rechercher la cause. Il s’agit peut-être d’une alopécie passagère due à la fatigue, à une forte fièvre, un dérèglement hormonal ou un accouchement (alopécie post-partum). Quoi qu’il en soit, votre généraliste (ou votre dermatologue) reste le plus compétent pour vous prodiguer le traitement adapté.

Et parce que de beaux cheveux sont avant tout des cheveux sains, on en revient toujours au b.a.-ba : l’hygiène de vie !!! Je terminerai donc cette chronique en vous rappelant la base :

  1. Surveillez votre régime alimentaire. Celui-ci doit vous apporter quotidiennement les cinq composants suivants : protéines, soufre, zinc, fer et vitamines du groupe B.
  2. Gérez votre stress. Quand cet ennemi n°1 se manifeste, il déclenche une série de réactions en chaîne au niveau du cuir chevelu : compression des vaisseaux sanguins, moindre irrigation des racines,…qui mènent à terme à l’affinement et à la chute prématurée du cheveu. En tant que régulateur de l’excitabilité nerveuse, le magnésium reste le meilleur des anti-stress.
  3. Stop au tabac. Entre autres nuisances, le tabac diminue l’élasticité des vaisseaux sanguins, particulièrement nombreux et étroits au niveau du cuir chevelu. Conséquence : une sensible réduction du flux sanguin vers les racines.
  4. Bougez, éliminez. En aidant l’organisme à éliminer les toxines (sébum, transpiration), le sport est réellement bénéfique pour nos cheveux. Après l’effort, veillez à éliminer toute trace de transpiration afin de ne pas déséquilibrer votre pH.
  5. Massez vos cheveux.  Le but : stimuler la circulation sanguine et favoriser l’activité des racines. A pratiquer sur cheveux humides et sur l’ensemble de la tête, dans le sens de la circulation sanguine : de la nuque vers le sommet, puis des oreilles vers le sommet en insistant sur la zone frontale et le dessus du crâne. Attention : masser ne veut pas dire frictionner, les doigts ne doivent donc pas déraper durant le massage !!!
  6. Savoir choisir et faire son shampoing. Afin de respecter l’écologie de votre cheveu, veillez à :
    1. Ne pas lésiner sur le prix : ce n’est pas le nombre de shampoings qui compte mais la qualité et la douceur du produit.
    2. Ne pas lésiner sur le rinçage : l’une des étapes les plus importantes de notre soin hebdomadaire. Sans lui, la chevelure se ternit, le cuir chevelu et les longueurs sont plus vulnérables à la pollution de l’air.
    3. Ne pratiquer qu’un seul shampoing : en effet, si le premier lave, le second décape.

Vous voici donc paré(e)s. Excellent début d’automne !

 

Pour en savoir plus sur le Centre Clauderer, cliquez ici.

Sources : clesdesanté.com, centre-clauderer.com – Source (photo) : © fete-enfants.com, © centre-clauderer.com, © secretsdeloly.com – Montage : © nappyisbeautiful.be / Tous droits réservés ©.


One Response to Mes cheveux en automne…

  1. Pingback: En hiver chouchouter vos cheveux! | khloemlg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *