Mais qui est Christelle Pandanzyla ?

Le Brussels African Market, c’est elle. Le webzine « Just follow Me », aussi. Les Afropéros, c’est toujours elle ! Elle, c’est Christelle Pandanzyla, la co-fondatrice de l’association sans but lucratif « Roots Events ». Le point commun de toutes ces initiatives ? Mettre en valeur la beauté, les richesses et les talents du continent africain. Christelle, c’est aussi un look, qu’elle assume fort bien : n’est en effet pas nappy blonde qui veut ! J’ai donc eu envie d’en savoir plus sur une personnalité aux multiples facettes…

Qui es-tu Christelle? Peux-tu te présenter en quelques mots?

Je suis belge d’origine congolaise, j’ai 30 ans et suis rédactrice en chef du  webzine « Just Follow Me » qui met en avant les personnalités d’origine afro-caraїbéenne à travers la culture, le business, le sport et la mode. Je gère aussi l’association « Roots Events » et suis également chroniqueuse dans l’émission « Africana » sur Radio Campus qui est diffusée tous les jeudis soirs, entre 19h30 et 21h30 (rubrique « Sujet du jour »).

Tu bosses sur différents projets dont le fil rouge est « Roots Events ». Quels sont les objectifs de cette association?

Notre objectif est de promouvoir les talents d’ici et d’ailleurs, de redonner à travers eux ses lettres de noblesse à un continent dont on parle encore trop souvent de manière négative.

A la base, nous sommes deux, mon associé s’appelle Dany Lô, c’est le directeur artistique. Comme je suis très famille, mes trois sœurs font également partie de l’association, le hasard ayant bien fait les choses, on travaille toutes dans des domaines différents mais complémentaires (relations publiques, marketing, comptabilité et droit). Cela nous permet de réduire les coûts pour commencer car c’est souvent ce genre de frais certes nécessaires qui freine l’envie d’entreprendre. Or, nous sommes tous bénévoles. Il était donc primordial d’avoir une base solide pour déployer nos ailes et développer les différents projets de « Roots Events ».

Et quels sont ces projets, justement ?

Roots Events a cinq départements :

Events, qui regroupe nos événements mais aussi ceux que nous organisons pour d’autres personnes (consultance, création de dossiers, recherche de sponsors, etc).

Ethnic, pour l’organisation de conférences thématiques comme par exemple, sur la dépigmentation de la peau…On organise également des cours de cuisine afro-caraibéenne en collaboration avec « African Discovery ».

Education, avec le projet « Kiliswathi » lancé en 2010 avec deux amies. Il s’agit d’une école de langues (kikongo, lingala, swahili et tshiluba) et de diffusion de la culture congolaise à travers son histoire et l’anthropologie africaine. Ce projet est ouvert à tous et vise tant les enfants que les adultes… Parmi nos élèves, on trouve de tout (personnes d’origine afro-caraїbéenne, belges de souche, des coopérants, …).

Empowerment : c’est dans ce cadre que nous organisons depuis octobre 2011 les Afropéros, un concept de réseautage informel pour les entrepreneurs issus de la diaspora afro-caraїbéenne. Lors de ces rencontres, des entrepreneurs travaillant dans des domaines distincts ont l’occasion de présenter en un quart d’heure leur projet ou leur parcours, le but étant de créer des synergies en faisant se rencontrer des potentiels de compétence. Et ça marche ! Plus de vingt-cinq contrats ont été signés depuis le lancement !!! Les Afropéros sont organisés le dernier jeudi du mois à Bruxelles, selon un concept itinérant. L’engouement est tel qu’on vient de lancer le concept sur Paris !. A travers Empowerment, on développe également des séances de coaching sur Bruxelles et Kinshasa.

– Enfin, Entertainement qui met à disposition un carnet d’adresses de stylistes, de chanteurs et d’artistes qui peuvent être proposés sur des événements particuliers…

Parle-nous de « Just Follow Me »…

Nous avons lancé le  webzine  en février 2012 mais l’aventure a démarré bien avant ça. Je me suis très tôt intéressée à la culture afro-caraїbéenne. Or, vivant en Belgique, j’avais accès à très d’information en dehors du cercle familial. Je me suis alors tournée vers les pays anglo-saxons et cette fameuse tendance du « retour aux racines ». Par chance, j’ai eu aussi l’opportunité de beaucoup voyager avec ma maman. Et j’ai voulu partager les souvenirs de toutes ces rencontres… Comme j’adore écrire, j’ai commencé avec un journal de bord qui est devenu un blog  afin de pouvoir communiquer avec des gens répartis aux quatre coins du globe.

Fin 2011, on s’est dit : « Mais pourquoi ne pas agrandir cette plateforme ? ». Il y avait tellement de choses à dire, de sujets à couvrir et c’est comme ça qu’est né le webzine. Conséquence : aujourd’hui, on est obligé de recruter – sur base bénévole- car on commence également à s’implémenter en France et en Angleterre.  Il existe également une édition papier bimestrielle qui est diffusée gratuitement afin d’atteindre un grand nombre de personnes. On le distribue lors d’événements et via un réseau de dépôt (boutiques de mode et déco, restaurants, etc, universités).

On le voit, tu es une femme très occupée!!! Comment fais-tu pour
tout gérer car on le rappelle, tu as un job temps plein à côté, sans parler de ta vie privée?…

Pour ne rien oublier, j’ai toujours mon agenda sur moi : j’y note tout !!! Eh oui, même si j’ai deux téléphones, je ne fais pas confiance à l’électronique !. J’ai aussi la chance d’être très bien entourée, ce qui permet de bien gérer notre visibilité sur les événements importants. Je tire aussi ma force de ma famille car mes parents ont toujours été très actifs, que ce soit dans la défense des Sans-papiers pour mon père ou la lutte pour les droits des femmes pour ma mère. Et puis quand c’est trop dur, on se dit qu’on crée tout ça pour ceux qui arrivent…

Et pour tes cheveux, trouves-tu tout de même du temps pour les
entretenir? D’ailleurs, depuis quand es-tu naturelle?

Je suis naturelle depuis 2004. Avant cela, j’ai fait tout subir à mes pauvres cheveux : défrisage, eau oxygénée, waves et autres gels… Comme beaucoup, j’ai grandi avec cette image idéale d’une fille aux longs cheveux lisses et puis il y avait la tradition du fer chaud… Franchement, j’ai de la chance d’en avoir encore !!! Un jour, j’ai décidé de tout raser et je les ai laissé pousser. Je me suis petit à petit rendue compte qu’il était facile de s’en occuper.

J’avais la chance de pouvoir me rendre régulièrement en Angleterre ou aux Etats-Unis où j’ai reçu de bons conseils, trouvé les produits qu’il me fallait et surtout, des salons de coiffure où l’on prenait soin du cheveu naturel. Car à la différence des salons en Belgique, les coiffeuses vont dans des écoles où elles apprennent à traiter le cheveu afro. J’ai donc ma coiffeuse… en Angleterre pour les soins et ma cousine en Belgique pour varier les coiffures (nattes, tresses, petits choux…) !!!

Comment perçois-tu ce retour en force du cheveu naturel?

C’est super même si ce n’est pas toujours facile à vivre au début. Moi, par exemple,  j’ai été confrontée au regard de mon entourage quand ce n’était pas la pression de mes tantes qui considéraient mon look comme négligé. C’est grâce à mes voyages aux Etats-Unis notamment où il y a une véritable prise de conscience, que je suis petit à petit rentrée dans cette culture du naturel… Après, je ne suis pas pour le radicalisme prôné par certains : toutes les filles défrisées ne sont pas des « aliénées », de même je ne juge pas celles pour qui être nappy est juste une mode… Mais je pense qu’on a besoin de passer par cet effet de mode pour que les cheveux crépus naturels re-deviennent une norme… Il y a un an et demi,  j’ai décidé de colorer mes cheveux, pour changer un peu. A l’origine, la couleur devait être plus foncée mais je m’y suis fait ; mieux, je me suis trouvée et les gens m’identifient du premier coup d’œil !!!

Que peut-on te souhaiter pour l’avenir?

Que cela continue, que l’on puisse créer un empire et qu’on arrive à renforcer notre visibilité dans les médias et dans l’entreprenariat… Un rêve américain en somme que je souhaite à toutes celles et ceux qui se battent dans ces domaines-là, toi compris ( !). Et qu’on puisse aussi vivre de nos aspirations premières mais ça, c’est le rêve ultime !!!

 

Pour en savoir plus sur « Just Follow Me », cliquez ici. Pour en savoir plus sur Roots Events, cliquez ici.

Source (photos) : © roots-events.com / Tous droits réservés ©.

 


Publié dans NAPPY PEOPLE. – Tous droits réservés ©
1138

2 Responses to Mais qui est Christelle Pandanzyla ?

  1. Oui oui Christelle c’est tout un concept à elle-même! elle est partout en même temps, et tjoujours disponible! une boule d’energie positive! La fraîcheur même!!! Go ahead my dear! Big LOOOOOOOOOOOOOOOOVE Yaya Christelle! ^^

Répondre à martine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *