Happy New Hair: pour toutes les boucles et bien plus!

C’est ce samedi 14 mars que se déroulera à Lille la seconde édition du salon beauté Happy New Hair, une initiative du collectif Wawa L’Asso. Au programme: défilés de coiffures, ateliers thématiques, pop up store, concours, etc … L’occasion d’en savoir plus sur les objectifs de cette association mais aussi de rencontrer sa conceptrice ultra dynamique, Jeannine Fischer Siéwé Tchamo. Volubile, engagée, passionnée, Jeannine est tout ça et bien plus… à l’image de ce fameux collectif dont Happy New Hair n’est qu’une des nombreuses activités. Entretien.

Bonjour Jeannine, pourrais-tu te présenter en quelques mots?

Je m’appelle Jeannine Fischer Siéwé Tchamo, j’ai 34 ans. Je suis née à Paris mais j’ai grandi au Cameroun, avant de revenir France. J’ai posé mes valises à 17 ans à Lille après mon bac pour intégrer la fac et depuis… je n’en suis plus partie! Je me sens totalement lilloise d’adoption, franco-camerounaise et citoyenne du monde. Après des études de communication, j’ai travaillé en agence de communication, puis dans une boutique de bijoux en tant qu’acheteuse et responsable commerciale. Par ailleurs, je suis passionnée depuis longtemps par les danses africaines et brésiliennes, la photo, la mode, la création, les cultures afro…. J’ai réussi à réunir toutes ces passions en créant l’association Wawa L’asso qui travaille à la valorisation de projets solidaires, artistiques et culturels autour des cultures afro-caribéennes et afro-brésiliennes dans le Nord de la France. En fait, j’ai toujours mille projets en tête ! En ce moment je suis entrepreneuse, danseuse, rédactrice, créatrice mais surtout directrice artistique à plein temps de Wawa L’asso!

Peux-tu nous présenter le concept « Happy New Hair »? Comment t’es venue l’idée d’organiser cet événement?

C’est en visitant le salon Boucles d’Ebène à Paris il y a plus de dix ans, que j’ai eu le déclic. C’était magique de voir toutes ces tignasses crépues, bouclés, locksées à l’état naturel et vraiment bien valorisées. Je me souviens très bien ; j’étais avec ma mère et quelques amies. On avait fait le déplacement de province rien que pour ce salon et on a vraiment adoré, un vrai moment de bonheur ! Comprenez, c’était la 1ère fois que je me retrouvais dans un salon beauté avec des centaines de têtes crépues, bouclées, frisées locksées, tressées. C’était le début du ‘nappysme’ en France et ce salon a vraiment marqué et installé ce mouvement. D’un point de vue personne, cet événement m’ a en quelque sorte libérée et m’a aidée à pacifier le rapport à mes cheveux et à accepter mes cheveux naturels.

Et puis j’ai eu envie de partager cette belle expérience. Je voyais comment ça bougeait aux Etats-Unis, en Angleterre et sur Paris avec les Nappy de France, la Natural Hair Academy et plein d’autres événements formidables et je me suis dit que ce serait super de faire la même chose à Lille, mais autrement…

C’est à dire?

J’avais envie d’un événement tous publics, pas uniquement centré sur les cheveux naturels mais sur le cheveu crépu, bouclé, frisé dans tous ses états. Je voulais que les objectifs soient à la fois pédagogiques, éducatifs, ludiques, artistiques et solidaires.

Et puis, au cours des ateliers que nous organisions sur la beauté des cheveux naturels (crépus, bouclés, frisés) avec Wawa L’asso, nous nous sommes rendus compte des nombreux besoins propres à notre type de cheveu. Dans le Nord de la France, il y a une forte demande en conseils, informations pour les soins et la beauté de ces cheveux, mais peu d’offres. Grâce au réseautage, les connections avec les marques se sont faites petit à petit, avec un accueil favorable du public. Nous avions donc tous les éléments pour créer un événement thématique. Ne manquait qu’un nom… Et puis un jour en parlant de mon projet à mon ami écrivain Marc Alexandre Oho Bambe, il a sorti le nom comme ça, d’une traite : Happy New Hair. C’était exactement ce que je cherchais. On avait un nom et un concept! Le 22 mars 2014, on l’a fait et pour une première, c’était super!  Forts de cette expérience, on vous réserve de belles surprises pour cette seconde édition!! 

Etait-ce important de lui donner un ancrage local, au croisement de la Belgique et de la France? 

J’adore Lille ! Ça fait 17 ans maintenant que j’y suis et j’aime vraiment cette ville très dynamique, très ouverte, très métissée, la culture y est très présente. La ville jouit par ailleurs d’un positionnement stratégique très intéressant en se situant à la croisée de plusieurs capitales européennes : Paris, Londres, Bruxelles et Amsterdam. On s’est dit qu’on devait absolument en profiter sans souffrir du ‘complexe provincial’, par rapport à Paris ou Bruxelles mais au contraire, tirer profit de ce positionnement géographique. Et on a bien fait d’y croire: pour cette seconde édition, il y’a carrément des covoiturages en bus qui s’organisent de Paris. Des marques prestigieuses implantées à Paris font également le déplacement!!

Donc, oui, on veut définitivement donner un ancrage local à la Happy New Hair mais pour tout t’avouer, mon objectif à long terme serait de rendre le concept mobile. A la manière d’une caravane qui se déplacerait en province, une sorte de HNH Tour ! Et ensuite, pourquoi pas en Afrique?.. On ne s’interdit rien à Wawa ! On aime les partages, les rencontres et les défis !.  Encore un autre projet parmi tant d’autres… On en reparlera !

Tu as demandé à Fanny Bouyagui de parrainer l’événement? Pourquoi ce choix?

Notre choix s’est arrêté sur Fanny Bouyagui très naturellement. Parce qu’elle est très à l’aise avec ses métissages et aime à les partager, nous lui avions demandé de parrainer la première édition, ce qu’elle avait accepté… Un véritable honneur!!! 

Pour nous, c’est le symbole d’une femme engagée, tenace et qui va au bout de ses combats. Cela fait plusieurs années que nous suivons son parcours artistique, que ce soit pour le N.A.M.E Festival, la Braderie de l’Art à Roubaix ou pour son travail de création et de design dans la mode. Artiste engagée, fille d’émigrés, insatiable créatrice, touche à tout, Fanny Bouyagui est une grande source d’inspiration: ses nombreux voyages, son parcours de vie, son travail, ses prises de positions notamment pour ce qui est de la lutte pour les droits des femmes… tout en elle nous inspire. Qu’elle ait accepté d’être la marraine de l’événement nous a vraiment porté chance!! 

« Happy New Hair » fait partie des nombreuses activités de sensibilisation regroupées sous le label « Wawa L’asso »? Peux-tu nous en dire plus sur ce label?

Wawa l’asso, c’est la base associative qui porte tous les autres projets et il y en a pas mal ! Nous travaillons sur des projets solidaires, artistiques et culturels. L’association se compose de  différents pôles :

  1. Le pôle spectacles et animations : ça va du conte aux animations danses et musiques sur le thème de l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale ou encore le Brésil. Nous avons créé deux compagnies de danse : Wak Swing (danses afro –urbaines) et Brasil Swing (danses brésiliennes).
  2. Le pôle pédagogique : on y propose des ateliers cuisine (melting fooding), beauté/bien être (ateliers capillaires Happy New Hair) et des cours de danse. Nous avons monté l’école de danse Waka Waka Dance Academy où sont proposés des cours de danse afro-urbaines : coupé décalé, twerk, ndombolo, azonto, kuduro etc…
  3. Le pôle événementiel avec le salon Happy New Hair (HNH) et la Fashion Outlet Party, un salon dédié à la mode ethnique et éthique dont la prochaine édition est prévue pour le 21 novembre.
  4. Nous avons créé Le Nord, on dit quoi?”, un webmag  dédié à l’actualité des cultures afro caribéennes et brésiliennes dans le nord() . Nous allons prochainement lancer notre propre chaine tv sur Youtube ( fin 2015-début 2016).
  5. Fin 2015, on lance aussi notre marque de vêtements, accessoires et bijoux à base de matériaux recyclés, Terre Rouge.
  6. Et enfin, le projet qui me tient particulièrement à coeur: la Wawa Models Academy où nous formons nos propres modèles et hôtesses pour nos événements. Nous avons cinq coachs dédiés avec chacun une spécialité : Ines Millet (Photographie/Savoir poser), Ouli Sy (Défiler) Sabrina Laïdouni (Gérer l’espace/Chorégraphie) Eva Dobo (Mettre en ses atouts en valeur/Conseil en image) et moi-même (Développement personnel/confiance en soi). 

De manière générale, que penses-tu du retour en force du naturel capillaire?

Revenir à l’essentiel au naturel, ça me parle, étant moi-même naturelle depuis 7 ans. Je porte mes locks et j’ai fait la paix avec mes cheveux. Cela va aussi avec mon mode de vie. Je trouve que c’est très important que la notion de ‘beaux cheveux’ passe aussi par un modèle de cheveux naturels. Mais je tiens à préciser que je ne suis pas une ‘terroriste du naturel’. En fait, je trouve le cheveu lisse tout aussi joli même si je ne jure que par les locks ! Chez Wawa L’asso, on croise d’ailleurs tous les styles capillaires et c’est tant mieux!. Tout est une question de choix et le fait de se défriser ou lisser les cheveux n’est pas obligatoirement synonyme de refus de s’accepter en tant que femme noire etc… Ça peut être simplement un choix esthétique que je comprends tout à fait et respecte totalement.

En revanche, la problématique sur laquelle nous luttons par le biais de HNH, c’est la sensibilisation aux dangers et risques d’une utilisation abusive des produits défrisants, surtout sur les enfants. Nous sommes contre l’utilisation de défrisants sur les cheveux des enfants (risques de brûlure, perte de cheveux etc.) et on sensibilise aussi contre les pratiques de coiffures dangereuses pour les cuirs chevelus fragiles des enfants, comme les tresses ou nattes trop serrées qui entrainent des alopécies sur ces cuirs chevelus fragiles et sensibles. Notre prochaine étape c’est d’éditer un guide de prévention qui sera distribué gratuitement durant la HNH.

Parlons « cheveux », où en es-tu dans ton aventure capillaire personnelle?

 Je suis en paix avec mes cheveux ! Depuis que je porte des locks, la seule chose que je me dis, c’est: Mais pourquoi n’ai-je pas commencé plus tôt ??…  J’adore mes cheveux, pour rien au monde je ne reviendrais en arrière.

Pour moi,  les locks sont vraiment le style de coiffure idéal: je peux faire un nombre incroyable de coiffures. Ma routine est très simple : un shampoing (de chez Lush) 1 fois par semaine, hydratation huile/eau et j’alterne avec un lait capillaire de chez Nappy Queen. J’adore aussi l’Elixir authentique de Secret sacré. Et ça pousse tranquillement…

Si tu ne devais partager qu’un seul conseil beauté, lequel serait-il?

L’huile de coco! Ça a changé ma vie ! Ma peau est super douce !

Que peut-on te souhaiter pour l’avenir?

D’organiser encore plus d’évènements. De mettre encore davanage en valeur les cultures afro caribéennes, de faire grandir Wawa L’asso, de faire des partenariats et de belles rencontres comme avec Nappy is beautiful, de voyager, de passer plus de temps avec ma famille mes amis, de continuer à rêver et d’aimer!…

 

Happy New Hair

Ce samedi 14 mars 2015

A partir de 10.00

Halle Aux sucres

Lille, France

Site officiel – Facebook

Wawa L’assoSite officiel – Facebook – Instagram  – Twitter 

Le nord on dit quoi? Site officiel – Facebook 

Waka waka dance academy: Facebook

Wawa Models Academy: Facebook 

Fashion Outlet Party: Facebook 

Source (photos) : 

© Wawa L’asso , © José Jumarie, © France3/ Culture Box, © nappyisbeautiful.be – Montage photos : © nappyisbeautiful.be/ Tous droits réservés ©.

 


2 Responses to Happy New Hair: pour toutes les boucles et bien plus!

Répondre à fischer Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *