ELLE Belgique Spécial Diversité : Osons toutes les beautés !

Ce vendredi 19 octobre restera pour moi comme une journée très spéciale : c’est en effet aujourd’hui que sort le « Spécial Beauté » du ELLE Belgique consacré à la beauté dans toute sa diversité. Cerise sur le gâteau : le dossier comporte un focus sur la beauté noire et j’en signe l’édito ! Une première pour une blogueuse… Et surtout une belle occasion de célébrer ce projet qui aura mis cinq années à aboutir ! Retour sur cette belle aventure…

Cinq ans. Il aura fallu cinq ans pour concrétiser ce projet d’envergure consacré à toutes les beautés. La première fois que j’en ai parlé avec Béa Ercolini, alors rédactrice en chef du ELLE Belgique, elle avait accroché de suite. Nous nous étions alors rencontrées à plusieurs reprises dans les bureaux de la rédaction, ce qui fût l’occasion de faire connaissance avec l’équipe et notamment, avec la dernière recrue, une certaine Marie Guérin qui suivait déjà le blog… Malheureusement, malgré l’enthousiasme ambiant, le projet n’a pas abouti. Ce qui a bloqué à l’époque tient entre autres des facteurs suivants : la ligne éditoriale du magazine – et le souhait de ne pas trop bouleverser la lectrice dite type, c’est à dire : blanche, bourgeoise, en quête de sujets légers, etc mais également la réticence des annonceurs… Bref, la prise de risque n’était pas à l’ordre du jour.  Mais pourquoi avoir choisi le ELLE, me demanderez-vous ? Tout simplement parce que c’est le magazine féminin le plus lu en Belgique et qu’à l’instar du blog, l’objectif était de faire passer un message : celui d’oser toutes les beautés, de sorte qu’un jour, le terme « diversité » soit simplement banni du vocabulaire… Et pour y arriver, il n’y avait pas d’autre option que de jouer la carte de la collaboration, plutôt que celle de la communautarisation et ce, afin de changer durablement les perceptions.

Durant les années qui suivirent, le sujet fût régulièrement mis sur la table – eh oui, je peux me montrer très tenace pour ce qui me tient à cœur ! – mais ce n’était toujours pas le « bon moment ». Et puis, vint l’été dernier où je fus contactée par la rédaction, parce qu’on y était enfin, au bon moment ! La motivation de part et d’autre était d’autant plus grande que notre pays se réveillait – enfin – sur ce mal insidieux qui le ronge, à savoir la banalisation du racisme ordinaire. Ce numéro « diversité » tombait dès lors à pic !

Quel fût mon rôle dans tout cela ? Conseiller, référencer, proposer des pistes et des noms mais également collaborer sur le contenu éditorial, l’enjeu étant de continuer à s’adresser au lectorat de base du magazine, majoritairement blanc, tout en le conscientisant à une autre réalité. Une réalité pas si éloignée que ça quand on y pense… Et de pouvoir également appuyer là où ça fait mal, en s’attardant sur les causes de la non-représentation des minorités, et plus particulièrement des personnes à la peau foncée, dans les médias traditionnels. D’où ma proposition bien accueillie d’interview croisée avec Yvoire de Rosen qui, peu d’entre vous le savent, est anthropologue et sociologue de formation, spécialiste des pratiques capillaires et vestimentaires des  afro-descendants…

Bien sûr, il fallût faire des choix, le nombre de pages étant limité mais je suis super fière du résultat final, qui ouvre la voix à tous les possibles pour la suite. Car oui, parlons-en de la suite : on ne peut pas se contenter d’un numéro spécial et puis plus rien…

L’objectif est donc bel et bien de contribuer à rendre les médias plus inclusifs, en s’inspirant par exemple de la presse internationale, notamment celle des pays anglo-saxons. En effet, selon le dernier rapport annuel établi par The Fashion Spot, la presse féminine s’est montrée en 2017 plus inclusive que jamais en termes de diversité en donnant davantage de visibilité aux mannequins non-blancs, plus size, transgenres, etc. Côté chiffres, cela donne 32,5% de mannequins non-blancs qui ont posé en couverture d’une des 49 publications de mode parmi les plus influentes (Vogue, ELLE, Allure, i-D, Paper, Dazed,…), alors qu’ils étaient seulement 3,5% en 2016. Un positionnement qui semble bien parti pour durer. Pour preuve, le nombre record de couvertures de magazines célébrant la beauté noire en septembre dernier. Une première quand on sait que le « September Issue » (ou Spécial Mode) est le numéro le plus important de l’année, puisqu’il définit la ligne des éditions suivantes et que selon l’adage, « une femme noire en cover ne faisait pas vendre »…

Et puis, il y a ces remises en question comme celle du Vogue néerlandais qui a revu sa ligne éditoriale depuis un an, après avoir été interpellé à propos de son manque de diversité ou encore ces rédactions qui misent dorénavant sur l’inclusion, à l’exemple de la nomination d’Edward Enningful comme rédacteur en chef du Vogue UK, premier homme- noir de surcroît – à occuper ce poste en 100 ans d’existence du magazine .

Chez nous, il y a désormais Marie Guérin, qui officie à ce même poste, au ELLE Belgique et qui notamment, de par ses origines métissées, se montre très intéressée par toutes ces questions.

A ce propos, je note la dissonance entre le ELLE Belgique et le ELLE België qui malgré un titre prometteur « Diversiteit in beauty land » a fait le choix de ne pas reprendre le dossier central qui y est consacré dans la version francophone. La raison ? Il semblerait selon mes sources, que les lectrices néerlandophones « n’aient pas envie de se prendre la tête avec des sujets de société». Hm, hm… Dommage, car à ma connaissance, il y a aussi une communauté noire en Flandre, non ?!

Nous n’en sommes donc qu’au début mais je reste confiance sur le fait que ce premier pas en emmènera d’autres, en termes de remise en question pour nos médias… Car qu’on le veuille ou non, et loin de toutes considérations politiques, plus personne ne peut ignorer désormais que le nombre de personnes à la peau non blanche est en constante augmentation dans le monde, et donc en Belgique. Dès lors, il est temps, grand temps même, de miser davantage sur « nous » en choisissant la carte de l’inclusion plutôt que l’exclusion.

Pour découvrir la version digitale du dossier « Diversité » du ELLE Belgique, cliquez ici.

Source photos : Photos réalisées par Justin Paquay / © ELLE Belgique novembre 2018 – – Visuel September Issues / © Evening Standard UK – Cover « Fashion’s New Age »  © Vogue NL septembre 2017 – Portrait Edward Inninful / © Essence Magazine janvier 2017 – Photo de cover réaliser par © nappyisbeautiful.be


Publié dans A PROPOS. – Tous droits réservés ©
3920

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *